APOTHICOM









Histoire clinique


La première génération du Steribox a été conçue en 1991 par le médecin français Elliot Imbert. Elle fut expérimentée à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) sous le nom de « la petite boîte qui sauve ». Elle fut progressivement diffusée à l’échelle nationale entre 1992 et 1994, année de sa commercialisation en pharmacie au prix de 5 Francs. Chaque trousse contenait deux seringues de 1 ml, deux ampoules d’eau PPI, deux tampons alcool, un préservatif, ainsi qu’une notice d’utilisation. On y trouvait également une boîte en carton destinée à contenir une seringue usagée.


Une deuxième génération (Steribox2) a été mise en place à partir de décembre 1999 à la suite d’une enquête menée par l’association Apothicom. Cette étude avait démontré que le partage de la cuillère destinée à préparer le mélange, tout comme celui du filtre, étaient à l’origine de risques d’infection microbienne supplémentaires non couverts par le premier Steribox.


C’est pour ces raisons que le dispositif a été enrichi par deux Stericup® contenant chacun un filtre en coton et un tampon sec stérile. Ce dernier sert à prévenir l’utilisation du pouce pour assurer l’hémostase locale après injection. En pharmacie, ce kit est vendu au prix conseillé de 1 euro.

Les trousses de prévention sont proposées dans le cadre de la politique de réduction des risques. Elles permettent de réduire de façon significative les dommages associés à l’injection (transmission du VIH, des hépatites virales, d’infections diverses, etc.).


Ce dispositif joue un rôle de santé publique important. Pourtant, la vente libre des kits dans les pharmacies ou leur mise à disposition dans les distributeurs (Distribox, Totem) sur la voie publique (jetons distribués par les pharmaciens) ne furent pas consensuelles à l’origine.

Aujourd’hui plus de 3 millions de Steribox et Kit+ sont distribués en France chaque année.


OUTILS SIMILAIRES







 
...